Les graffitis des locaux disciplinaires

Une tête de mort, que l'on ne peut voir qu'en lumière artificielle puis dans le noir , image fluorescente découverte par Pierre Lebel.


Une tête de cheval, il y en avait dans le fort qui tiraient les canons et le commandant devait avoir le sien


Une tête de femme avec des épaulettes de militaire?


Un soldat qui regarde le palais de justice?


Un profil d'homme.


Vive la jeune garde.


Une femme en soutien-gorge gravée dans le mur.


Affaire Hoiribé Doglou.


Je vais mourir mais j'ai tué.


Des occupants Rabatel, Vallin, et Marie. vers 1946


Ma chère léone dans ce maudit lieu je penserai toujours à toi un qui t'aime!


Profil d'un allemand la cigarette à la bouche, les allemands ont occupé le fort lors de la deuxième guerre mondiale.


Petit croquis qui se trouve dans une cellule représentant un personnage de l'époque.


Retour en haut