Photos de canons et d'armements

Ancêtre du tank allemand?

Ancêtre du tank?


Le canon est un CANON DE 95 mm Modèle 1875 système "Lahitolle" sur affut siège et place modéle 1880. Cet affût fut également nommé "affût sauterelle", avec roues dépourvues de bois. (Renseignements communiqués par Florian Garnier)


Devant l'entrée de la Vitriolerie, il y a deux canons de 80 mm de Bange sur affût de campagne. (Renseignements communiqués par Luc Malchair)


En manœuvre sur les quais du Rhône. Les canons avec l'échelle règlementaire d'observation en arrière, les canons sont des 120 mm Baquet, on peut distinguer au lointain la cathédrale de Fourvière de Lyon. (renseignements communiqués par Luc Malchair)


Le chef d'escadron Audry commandant le groupe de Lyon du 16ème bataillon d'artillerie.


En manoeuvre avec un canon de 155 de Bange (renseignements communiqués par Luc Malchair)


Embarquement des canons sur un wagon.


Le génie au travail, réalisation d'abris souterrain en 1886


Le génie au travail, autre vue


Le génie, relevé topographique, vous remarquerez les paniers circulaires sans fond rempli de terre qui servaient de protection pour la réalisation des gabions.


Le génie, construction de murs en pierre de taille


Le génie, réalisation d'une batterie de campagne (gabion)


le génie, utilisation d'une tarière à air comprimé


Groupe de soldats


Un super man qui porte 520Kg


Des soldats


Canon sur un cavalier


Canon de 138 sous casemate


Chargement d'un obus


Canon de 155 court


Canon de 90


Des soldats chargent un obus


Fusil Lebel


Fusils


Mitrailleuse hotchkiss


Mortier de 220 rayé


En alsace


Mise en position d'un canon


Beaucoup de fumée


Canon


En ligne


Mortier et Canon, vous remarquerez les fascines, fagots de bois tressé qui servaient de support à la terre devant les canons, ces monticules de terre s'appelaient des Merlons.


La presse


Le canon « De Bange », Charles Ragon, né en 1833, mort en 1914, va mettre au point successivement un canon à culasse de 155 mm long modèle 1877 sur affût de place ou de siège, pouvant tirer un obus de 40,50 Kg à 9900 mètres, un autre canon plus léger de 120 mm long dit modèle 1878 aux mêmes caractéristiques que le 155L, mais qui ne pesait que 2.700 kg, et enfin un canon de 155 court modèle 1881 qui avait une portée de 6300 mètres. C'est la première fois que le calibre de 155 mm est adopté - c'est devenu aujourd'hui le calibre standard de l'artillerie lourde. Il inventa également une rondelle d'amiante et de suif, qu'un tampon en forme de champignon comprimait au départ du coup, pour éviter les fuites des gaz vers l'arrière de la culasse. C'étaient aussi des canons initialement sans frein de recul, obligeant à intégrer l'existence d'un puissant recul (5-6 mètres) après chaque tir dans la conception des plateformes de tir. Pour les pièces de 120 et 155 mm, le projectile est constitué d'un obus et d'une charge propulsive contenue dans des gargousses (sacs de tissu contenant une quantité de poudre précisément dosée). Texte relevé sur le site de Pierre Finas: http://sabreteam.free.fr/prefortif.htm


Canon de 155


Canon


En position


Gravure de 1872 un coup de canon


Carte d'épinal


Autre carte


Autre carte


mitrailleuse


Autre mitrailleuse


Artilleurs


Canon de 105


Canon de 120


Canon de 150


Canon de 155 long


Autre canon


Canon de 75


Autre canon de 75


Un autre 75


Obusier


Canon de 4 culasse


Plan d'un canon de


Plan d'un canon de


Canon de 155 long , vous remarquerez la quantité de fumée dégagée par l'explosion de la poudre noire


Canon de 138 , une belle image d'une plateforme d'un cavalier , avec pour soutenir la terre des fagots de bois tressés (fascines et gabions).


Canon de 75


Echelle d'observation "Gugumus"


Manœuvre de force


Retour en haut